Le Grand Canal de Versailles

Histoire du Grand Canal

Face au château de Versailles, s’étendaient à l’ouest de vastes « marais puants », comme l’on disait alors, qu’il fallait assécher.
En 1667, fut entrepris le creusement d’un grand canal qui prolongeait l’Allée Royale (l’actuel Tapis Vert) de faèon à créer une perspective d’une amplitude jamais vue, ouvrant sur l’infini.
Mais il est vrai aussi qu’à Versailles tout est conçu et voulu par le roi dont les réalisations ont bien souvent un caractère symbolique et initiatique marqué.
Ainsi cet axe Est-Ouest qui est accentué par le Grand Canal figurerait non seulement la course du soleil mais représenterait en plusieurs endroits le Roi Soleil sous les traits d’Apollon.

Le Grand Canal à la fin du règne de Louis XIV Le Grand Canal, large de soixante mètres, forme une croix qui mesure près de mille sept cents mètres de long dans le sens est-ouest et mille dans le sens nord-sud.
Il fut réalisé en deux étapes : de 1667 à 1669, puis de 1671 à 1672.

Dès 1669 une véritable flotte miniature y navigue : brigantin (navire à deux mâts), chaloupes, galiote (petite galère) armée de 32 petits canons, felouques provençales…
D’autres navires sont construits sur place par des charpentiers, venus du Havre et de Dunkerque. Les équipages résident dans de petites maisons construites près de la traverse nord du Grand Canal dans un endroit qui sera appelé la « Petite Venise » car les gondoliers vénitiens (une quinzaine) venus à Versailles avec les gondoles offertes au roi en 1674 par le République de Venise y feront souche.

La cour s’installe définitivement à Versailles en 1682.
Colbert, qui est à l’origine de la puissante flotte de guerre dont la France est désormais dotée, y fait alors construire des modèles réduits de la marine royale, dont une galère et un navire de haut bord.
Tous ces bateaux, magnifiquement et richement décorés, doivent en effet contribuer à montrer à tous quelle est la puissance de Louis XIV.
Les ambassadeurs étrangers qu’il faut impressionner sont conduits à la Petit Venise o¨ les navires présentés témoignent de la parfaite ma¯trise des mers désormais acquise par la marine royale.

Le Grand Canal en 1680 Mais cette flottille, qui mouille dans le bassin octogone oriental à la t-te du Grand Canal, est aussi de toutes les fêtes qui sont organisées à Versailles.
Le canal est illuminé, le roi est assis dans une gondole avec les dames de son choix, les musiciens sont installés sur un autre navire, la cour suit sur diverses embarcations et toute cette compagnie glisse lentement sur le canal en écoutant violons et hautbois ou en admirant les feux d’artifice qui sont tirés.

Le canal est aussi un lieu et un but de promenade.
La marquise de Sévigné raconte : « on a quitté le jeu à six heures…on va sur le Canal dans les gondoles. On y trouve de la musique. On revient à dix heures…. »

A la Révolution, le canal est comblé et sert de terrain à blé. Louis XVIII le rend à sa vocation première.

Aujourd’hui, la Petite Venise d’origine revit grâce à l’Association Cercle Nautique de Versailles.
Depuis 1908, ses bénévoles entretiennent des bateaux, forment des équipages – nombre d’entre eux se distinguent et brillent dans les championnats de France – , organisent des fêtes et joutes nautiques (dont les fameuses Régates de Versailles) et permettent d’admirer l’oeuvre de Louis XIV et de Le Nôtre sous un jour différent et complémentaire.

A LA REDECOUVERTE DU CHATEAU ET DE SON PARC

Perspective sur le Grand Canal à partir du bassin d'Apollon Découvrir de la terrasse du chteau la grandeur et la symétrie d’un panorama et d’une perspective, un peu figés, où s’enchaînent jardins puis parterres puis bosquets puis forêt est une chose. Découvrir le château et son parc lorsque l’on souque sur ses avirons en est en effet une autre.
Louis XIV a décrit la Manière de voir les jardins de Versailles.
Que n’a-t-il décrit celle de découvrir, du ras de l’eau, la profondeur des allées, les trouées entre les futaies, les perspectives nouvelles…? Que n’a-t-il décrit ces reflets du ciel et du chteau, à chaque instant différents et qui les rendent si vivantsá?

Versailles abonde en telles amabilités optiques: le tracé des murs, l’alignement des arbres, les morceaux de ciel ou d’eau laissés libres entre les futaies. Voilà pourquoi toute promenade y est chasse tranquille au bonheur.
Erik Orsenna – Portrait d’un homme heureux – André Le Nôtre 1613 – 1700

VERSAILLES ET LE CERCLE NAUTIQUE

C’est une longue histoire que la relation entre Versailles et le Cercle Nautique.
Et pourtant, situation paradoxale, les installations du Cercle sont le Domaine de l’Etat, et non sur le territoire de la ville.
Mais de m-me qu’il existe une osmose entre les versaillais et leur château,le CNV se sent bien versaillais, et porte fièrement la couleur royale (blanc), associée à celle de Venise (rouge).
Le Cercle Nautique est l’une des plus anciennes sociétés sportives versaillaises, et ses succès ont toujours été chaleureusement appréciés par la Ville, qui soutient fidèlement les efforts des dirigeants du Club pour former la jeunesse versaillaise.

Gabriel Tissier – Responsable Relations Presse CNV – septembre 1998

1 comment for “Le Grand Canal de Versailles

Comments are closed.